Brie gourmand

le pied en couche-culotte

Brie gourmand

L’autre jour, en parcourant le forum culinaire Chowhound, je suis tombé sur un message intrigant de Ptipois, alias Sophie Brissaud. Elle y faisait mention d’une rareté, visiblement de saison, le “brie frais”. Ce fromage n’est autre que le poupon du brie, kidnappé avant d’être délivré à sa cave d’affinage, où on le laisse habituellement reposer deux mois environ, ce brie là est à peine caillé, moulé et prêt à déguster.

Devant une idée aussi alléchante, je me suis rapidement mis en quête de cette chimère mystérieuse.

Lire la suite




Freddie’s Deli

pastrami cherche masseur

Freddie's Deli - Goodman, sandwich pastrami

Dans ce monde multi-culturel, polyglotte, globetrotteur, on trouve souvent les mêmes choses partout. Pourtant en ce qui concerne la gastronomie, les versions locales d’un plat étranger sont bien trop souvent lissées, standardisées ou adaptées aux goûts des autochtones. Ne me méprenez pas, la tradition n’a pas toujours que du bon, et c’est grâce à des mélanges culturels inspirés que nous pouvons manger aujourd’hui des banh mi (né du mélange franco-indochinois de l’époque coloniale) ou des tempura (créés par les Portugais, perfectionnés par les Japonais). Le pastrami servi dans les delis à New-York provient lui de l’immigration juive roumaine de la fin du 19e siècle, et le sandwich de pastrami est devenu emblématique de la cuisine new-yorkaise.

Mais en France, qui est pourtant sur le chemin entre la Roumanie et les États-Unis, le seul pastrami qu’on connait habituellement c’est celui de dinde, enveloppé dans du papier plastique dans la section halal/cacher du supermarché… Alors pour goûter à un vrai pastrami authentique de New-York, il y a désormais une alternative : Freddie’s Deli.

Lire la suite




Sanukiya

oasis

Sanukiya - Onsen tamago

Après mon voyage au Japon, il m’a fallu du temps pour retrouver mes esprits, faire le deuil. La simple possibilité de manger dans un restaurant japonais remuait en moi nostalgie, frustration, mélancolie… je ne pouvais pas, c’était trop tôt.

Et puis, la vie suit son cours, l’estomac commence à oublier, il ouvre ses yeux puis se met à réclamer, à brailler même. Alors petit à petit, sushi, ramen, yakitori ont gentiment retrouvé leurs places dans mes assiettes… Si je ne vous en ai pas parlé c’est pour vous épargner les évidences : l’herbe est toujours plus verte ailleurs, ça on le sait.

Mais aujourd’hui je fais mon come-back, le deuil est passé (bien que la nostalgie persistera toujours), et j’ai enfin trouvé de l’herbe bien colorée, à Paris. Le jardin s’appelle Sanukiya.

Lire la suite




Corso

cinéma à l'italienne

Corso - Terrasse

Corso joue la carte du bistrot de quartier à l’italienne avec des plats frais, cuisinés sur place, et c’est même écrit dans le menu ! Le dernier né de cette petite fratrie de cinq restaurants se trouve sur le quai de Seine, accolé au cinéma MK2.

Un vrai resto qui remplace la cantine préfabriquée d’auparavant ? Ça ne pouvait être qu’une bonne nouvelle.

Lire la suite




Salata de vinete

recette : caviar d'aubergines à la roumaine

Salata de vinete - caviar d'aubergines à la roumaine

Vous ne rêvez pas, il y a bien écrit “recette” ci-dessus ! Cela fait plus d’un an et demi que je vous l’avais promis, dans mon tout premier article, et enfin, la voilà : la première recette de Chez Food.

Pour commencer cette nouvelle page dans l’histoire de ce blog, il me fallait choisir une recette importante, une recette sans qui ma barbe ne serait pas tout à fait ce qu’elle est, une recette qui m’a accompagné depuis mon enfance et qui continue à me régaler régulièrement.

Proust avait une madeleine, moi j’ai le caviar d’aubergine, chacun son truc.

Lire la suite




Le verre volé

s'envole

Le verre volé - Coquillages "couteaux de plongée", bouillon de cèpes secs, olives noires

En allant au Verre volé je m’attendais à passer une soirée sympathique en buvant du bon vin et en mangeant des plats simples et bien exécutés.

En réalité, j’ai passé une excellente soirée en buvant du bon vin, certes, et en m’extasiant bouchée après bouchée sur des mets complexes et subtils, brillamment exécutés !

Lire la suite




Hess-O-Hess

grand cru

Hess-O-Hess - Chroniques 1966-1971 - Jacques B. Hess

Je n’ai pas trop dérivé. J’ai gardé le cap sur mon objectif de parler bouffe et papilles depuis plus d’un an.

Si j’ai parfois (ab)usé de métaphores musicales c’est parce qu’il me semble que les plaisirs du ventre peuvent s’approcher, dans leur côté viscéral, des plaisirs mélomanes. La comparaison peut même aller plus loin, par exemple le chef-musicien possède un savoir technique, parfois scientifique, et cherche, dans le meilleur des cas, à utiliser ses compétences pour provoquer des émotions (dira-t-on naïvement) et pour nourrir. En regardant du côté du mangeur-acoustique le lien marche toujours : une mélodie et un clafoutis s’adressent à tout le monde, mais certaines personnes ne s’intéressant pas particulièrement à ce qu’il se passe derrière le rideau, se contenteront d’un “j’aime/j’aime pas” ; d’autres plus curieuses, acharnées, ou carrément obsessives, pourront peut-être, grâce à leur expérience, développer : “trop de cannelle dans la mélodie, le clafoutis manque d’harmonie dans les basses”.

Ces différents points me servent de prétexte aujourd’hui à sauter la barrière, et vous parler d’un livre qui me tient particulièrement à cœur, un livre sur le jazz : Hess-o-hess, de Jacques B. Hess.

Lire la suite




L’avant-comptoir

mi-figue, mi-raisin, mais avec des couilles

L'avant-comptoir

Pour tout vous dire, je suis bien embêté.

Je m’apprête à écrire une critique plutôt négative au sujet d’un déjeuner que j’ai plutôt apprécié. Je ne pense pas être le premier à tomber dans ce genre de faille gusto-temporelle, mais vous comprendrez tout de même que j’en sois troublé.

L’avant-comptoir est le bar à hors d’œuvres situé juste à côté du Comptoir du Relais, le fameux bistrot du chef Camdeborde. On y sert des petites bouchées, des sandwichs, de la charcuterie, et aussi des crêpes à emporter. C’est pas cher, et c’est bon. Alors où est le problème ?

Lire la suite




Café Trama

deux carpaccios faisant le grand écart

Café Trama - Carpaccio de poulpe

Le 28 juillet 2013, Bruno Verjus, critique récemment passé de l’autre côté de la casserole, a publié un petit billet sympa au sujet du Café Trama sur son blog.

Quelques jours plus tard, un rendez-vous du côté de Montparnasse et ma mémoire fit immédiatement “ding !” : et si j’allais jeter une langue du côté de ce nouveau bistrot.

Lire la suite