Mussubi boulettes salvatrices

Par · 4 avril 2014 · 2 commentaires

Mussubi - omusubi

Par un beau jour de printemps, je suis parti à la recherche d’un dim sum cantonais vivement recommandé. Je suivais le chemin préalablement mémorisé à travers les rues du 10e arrondissement quand je me suis retrouvé nez à nez avec une pancarte « fermé le lundi »… Déboussolé et abattu, l’estomac plein de reproches et vide de substance, je me suis mis à errer comme un spectre qui n’a pas pu assouvir sa destinée de son vivant.

Lorsque mes yeux vitreux se sont posés sur la façade de Mussubi, avec sa promesse d’omusubi authentiquement japonais, et bien que je n’avais jamais entendu parlé de ces boules de riz auparavant, mon ventre a enclenché la seconde vitesse et je me suis retrouvé à l’intérieur de cette petite cabane boisée, prêt à commander.

Mussubi - Porc Katsuni

En fait, un omusubi ce n’est rien d’autre qu’un onigiri, et l’onigiri je l’ai croisé plusieurs fois au Japon : une boule de riz, nature ou contenant quelques miettes de poisson (cuit) ou de légumes dans ses entrailles, un peu d’assaisonnement ou pas, et un carré d’algue nori pour pouvoir le saisir à la main.

Ici, plusieurs choix d’omusubi s’offrent à nous, sans nori (vous les mangerez donc avec les baguettes), et en accompagnement de divers plats du jour.

J’ai donc commencé le voyage par du porc katsuni. Pané avec de l’œuf et de la sauce soja sucrée, cette escalope de porc, servie froide, était un poil sèche, la panure au croustillant absent, mais d’un goût suave, umami et légèrement doux qui faisait vite oublier ses quelques petits défauts. Succulent.

La viande était servie avec quelques lamelles de légumes marinées, et un trio de choux (romanesco, chou-fleur et brocoli) agrémenté d’une sauce à la noix (et ce n’est pas une façon de parler !). Croquants, frais et agréables.

Mais on est venu pour les omusubi, non ? Alors voyons voir ce qu’ils ont dans le ventre. Faisant parti du menu « bento box », mes trois boulettes de riz se déclinaient de la sorte :
- tradition : au katsuobushi (bonite séchée), un peu fade malgré le fumé du poisson.
- 5 céréales : sûrement bon pour la santé, et aussi pour étouffer les chrétiens.
- poireaux et miso : savoureux, salé, fondant, mon préféré et de loin !

Mussubi - Mochi à la fraise

Pour finir je me délectai de ce mochi gluant comme il faut, à la farce de haricots rouges pas trop sucrée, et surtout me réservant une belle surprise en son cœur : une fraise croquante et acidulée contrastant merveilleusement avec la langoureuse enveloppe de pâte de riz. Moi qui ne suis habituellement pas dingue des desserts japonais, j’ai eu droit à un retour de veste virevoltant.

Un petit endroit fort sympathique dans un quartier qui ne manque pas de petits endroits forts sympathiques, mais avec une petite touche d’originalité en plus pour un déjeuner léger mais nourrissant, et des saveurs authentiquement délectables.

Mussubi
89 Rue d’Hauteville
75010 Paris, France
Tél. : 01 42 46 31 02
www.mussubi.fr

Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 15h.

Ce midi, le prix du menu « bento box » avec un dessert fut de 15€.

FacebookTwitterGoogle+Partager
Publié dans Paris 10e, Restaurants
Mots-clefs : , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires pour
“Mussubi boulettes salvatrices

    Adrien de Food In Paris le 28 mai 2014 à 10:45
  1. Cela a l’air tout bonnement splendide !
    J’ai tenté d’y aller plusieurs fois mais comble de malchance c’était fermé à chaque fois (et je comprends que le soir ça l’est tout le temps).
    Voila qui me donne envie de ré-essayer


  2. T. Tilash le 29 mai 2014 à 21:08
  3. Tu me diras ce que tu en penses. « Splendide » est peut être un gros mot, mais en tout cas Mussubi a touché mon âme de nippophile… :)


Laisser un commentaire