Daiwa Sushi trilogie du sushi – épisode II

Par · 30 mars 2013

Daiwa Sushi

Pour lire le premier épisode cliquez ici.

Le poisson le plus frais du Japon se trouve forcément à la source, à savoir au marché Tsukiji. On dit donc que pour le savourer au top de sa forme, c’est sur place que ça se passe, et de préférence tôt, pour le petit-déjeuner. En réalité la différence entre les sushi qu’on peut y manger, et ceux que l’on trouve dans Ginza ou même n’importe où à Tokyo, n’est pas flagrante.

Il existe deux sushi-ya dans le marché de poissons, qui sont réputés être les meilleurs : Sushi Dai et Daiwa Sushi. Après de longues recherches sur internet, j’en ai conclu que les deux se valent, et que j’irai donc à celui dont la file d’attente est la plus courte. Étonnamment, une trentaine de personnes attendaient devant Sushi Dai, et personne devant Daiwa Sushi, le choix fut donc vite fait.

Daiwa Sushi

Omakase est une manière de dire au chef que vous lui faites confiance, qu’il peut vous servir ce qu’il souhaite, celui-ci sera à l’écoute de vos humeurs et observera vos réactions à chaque plat pour décider avec lequel il poursuivra. Ici, omakase est simplement un “menu” à prix fixe, le même pour tout le monde, soit.

Daiwa Sushi

Contrairement à un véritable omakase où chaque sushi est déposé délicatement, un par un, pour être dégusté, le chef enchaîna les différentes bouchées rapidement, sans attendre que j’ai fini la précédente. Bien que souriant et sympathique, cette attitude me pressa, et je ne me sentis pas tout à fait à mon aise.

Daiwa Sushi

Les sushi étaient fantastiques il faut bien l’admettre, particulièrement cet otoro (thon gras – première photo) que je ne peux malheureusement pas décrire autrement qu’avec le poncif admirablement naïf : “il fondait dans la bouche”. Le ebi (crevette) et le tamago (omelette) étaient un peu timides, mais tout le reste chantait comme une sirène.

Daiwa Sushi

L’uni (oursin) fut peut-être de trop, sa texture grasse et son goût iodé m’ont écœuré au petit matin, et je suis sorti de là en pensant peut-être ne pas aimer l’uni (vous verrez dans l’épisode III de la Trilogie du Sushi, que j’ai changé d’avis).

Daiwa Sushi

Bien que m’ayant délecté de ce repas, je ne peux pas recommander chaleureusement Daiwa Sushi, j’ai eu de la chance de ne pas faire de queue, mais si j’avais attendu 45 minutes pour manger, mon verdict aurait été plus radical. Je suis persuadé que de nombreux sushi-ya, en dehors du marché, sont aussi bons et moins chers.

Apparté – Marché Tsukiji
J’attendais beaucoup de ma visite à Tsukiji. Petit-déj sushi, et visite du plus grand marché de poisson au monde, un rêve de gosse en somme. Pourtant je suis ressorti de là triste. Le marché est un lieu, gigantesque, où de nombreuses personnes viennent pour travailler. J’ai toujours aimé visiter les marchés des villes que je visite, car voir les produits locaux, frais, et l’ambiance unique qui est créée par les couleurs, les arômes et les vendeurs à la tchatche inimitable, inspirent et donnent des idées. On n’a qu’une envie c’est de se retrousser les manches et commencer à cuisiner tout ce qu’on voit dans un florilège de plats. Mais Tsukiji est devenu un lieu touristique, une tour Eiffel des produits de la mer où les vendeurs aguicheurs ont été remplacés par des regards blasés au touriste lancinant, ventre en avant, sac à dos et appareil photo, à peine réveillé il manque de se faire écraser par les petites voitures motorisées qui n’ont pas que ça à foutre de ralentir, de klaxonner, de contourner… Ce touriste à l’oeil aussi vif que la poiscaille qui git par milliers dans les différents bacs, rend l’expérience faussée, artificielle. Et quand au détour d’une vitre j’ai croisé mon reflet bedonnant, sac à dos, à peine réveillé, j’ai eu un frisson.

Je ne retournerai pas à Tsukiji, je vais laisser les marchands faire leur boulot, et profiter de l’incroyable qualité du poisson ailleurs, en ville.

Daiwa Sushi
Tsukiji-Shijo 5-2-1 #6
Tokyo, Japon

Du lundi au samedi de 5h à 13h. (fermé certains mercredis)

Le prix du menu omakase est à 3500¥ (soit environ 35€). (soupe miso et thé inclus)

Facebooktwitterpinterestmail
rssyoutubevimeoinstagram
Publié dans Aventures culinaires, Restaurants, Tokyo
Mots-clefs : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Newsletter

Newsletter

Recevez chaque mois, dans votre boîte mail, les derniers articles de Chez Food !

Parfait, vous devriez recevoir un email rapidement afin de confirmer votre inscription.