Sakuran-bou baptême du ramen

Par · 9 octobre 2012

Nous y voilà. Le Japon. Les premières bouffées d’air tokyoïte, les piétons bien ordonnés, les allées aux milles devantures fumantes, des restos, des restos, des restos…

Première chose à faire, se perdre bien sûr ! Au Japon le système d’adresses est chaotique, il faut avoir un plan car la plupart des rues n’ont pas de nom (on se repère par “quartier”) et un numéro ne donne absolument aucune indication géographique… Le poids des valises et du méchant rhume chopé dans l’avion, le décalage horaire et la fatigue ne nous laissèrent guère le choix… une seule solution était envisageable : un ramen !

Sakuran-bou pourrait être n’importe quel ramen de Tokyo ; un comptoir avec une dizaine de chaises, deux charmantes vieilles dames en cuisine (c’est à dire de l’autre côté du comptoir) et peu d’options disponibles. Le ramen est traditionnellement un bol de bouillon avec des nouilles de blé et une poignée d’autres ingrédients qui varie selon les endroits et les envies, il comprend généralement du porc chashu (braisé avec de la sauce soja et du miel), de l’algue nori, de l’oignon vert et parfois des pousses de soja. Chaque restaurant de ramen se spécialise dans un type précis de bouillon, ici il s’agissait de tonkotsu c’est à dire de bouillon à base d’os de porc principalement.

Ne commençons pas tout de suite l’encensement auquel va avoir droit la gastronomie japonaise : ce ramen ne sortait pas du lot. Mais au Japon (attention, finalement on commence…) un ramen qui ne sort pas du lot signifie un ramen au bouillon équilibré et nourrissant, aux nouilles à la texture agréable et élastique, aux condiments croquants et frais et à la tranche de porc savoureuse et riche en umami (encore que cette dernière était un peu sèche chez Sakuran-bou).

Deux jeunes androgynes au look rock futuriste entrèrent, finirent leurs bols, rigolèrent un peu avec les patronnes et poursuivirent leur journée toutes fluettes. Mme. Tilash et moi sortîmes de là le ventre sous le menton, le nez coulant, les jambes à la traîne, le sourire rassasié et avec grande hâte pour la suite du séjour.

Sakuran-bou
16-9 Sakuragaoka-cho, Shibuya-ku
Tokyo, Japon

Tous les ramens sont à 780¥ (soit environ 7,80€).

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail
rssyoutubevimeoinstagram
Publié dans Restaurants, Tokyo
Mots-clefs : , , , , ,

Laisser un commentaire

Newsletter

Newsletter

Recevez chaque mois, dans votre boîte mail, les derniers articles de Chez Food !

Parfait, vous devriez recevoir un email rapidement afin de confirmer votre inscription.