Café du monde

si seulement...

J’ai eu l’occasion d’aller à plusieurs reprises à la Nouvelle-Orléans. À l’époque, mes trois poils au menton ne m’ouvrirent pas les portes du jazz, des nuits endiablées, du vaudou, de la fièvre du bayou, mais je garde néanmoins un souvenir fort de l’ambiance électrique des rues, des paysages évoquant l’aventure, le danger, l’interdit, et surtout des beignets du Café du Monde.

Café du Monde est un endroit magique qui, depuis 1862, sert des cafés, d’excellents chocolats chauds et ce qu’ils appellent des “beignets” (en français dans le texte). Ceux-ci n’ont rien à voir avec la version aérienne et friable que l’on connaît, ces carrés de pâte frite saupoudrée de sucre glace ont une croûte qui résiste, un cœur dense et moelleux et un goût au swing plus proche du bebop que du traditionnel dixieland local.

Alors quand j’ai vu la fameuse enseigne verte dans la gare de Kyoto, les trois poils de l’époque ont prévenu leurs nombreux frangins que ça allait être la fête !

“Pas de beignets ?”… mais si regardez là sur vos murs, sur vos tasses, sur vos serviettes, partout il y a écrit “Café au lait & Beignets” !

J’ai essayé d’expliquer à la pauvre japonaise derrière son comptoir qu’ils ne peuvent pas marquer le mot “beignets” partout et ne pas en proposer, qu’ils ne peuvent pas jouer sur leur affiliation à la Nouvelle-Orléans si ce qu’ils servent n’a rien à voir avec l’enseigne mère. Je les ai supplié les larmes aux yeux, leur disant que je voulais faire goûter l’une de mes madeleines de Proust à Mme. Tilash, qui regardait la scène de manière perplexe…

Mais non, rien n’y a fait. Ce Café du Monde-ci ne fait pas de beignets, il ne fait que des pauvres sandwichs de gare, tristes, méprisables. Je vous livre une photo qui, je l’espère, finira de vous convaincre de surtout passer votre chemin…

Alors en attendant un prochain voyage à la Nouvelle-Orléans, je vais me mettre un petit Sidney Bechet…

Café du Monde
Kyoto Station
Kyoto, Japon

Dans les 5€ le sandwich en plastoc avec un café.